Orfeu Negro, de Marcel Camus (1959)

27Mai08

À la veille du Carnaval de Rio, Eurydice se sauve d’un homme qui veut la tuer. Elle arrive en ville pour rejoindre sa cousine Serafina. Eurydice y rencontre Orphée, conducteur de tramway adoré de tous dans les favelas grâce à ses talents de danseur et de guitariste. Mais la nouvelle venue se fait dès lors une ennemie, Mira, la fiancée d’Orphée.

Drame franco-brésilien de Marcel Camus
1 h 47, sélection officielle du Festival de Cannes 1959 (Palme d’or)
Avec Bruno Mello (Orphée), Marpessa Dawn (Eurydice), Lourdes de Oliveira (Mira), Léa Garcia (Serafina)…
Note : 16/20

Ce film haut en couleurs est une transposition lyrique du mythe grec d’Orphée et d’Eurydice dans le Brésil moderne contemporain. Plus précisément, c’est une adaptation au grand écran d’une pièce de théâtre du célèbre poète brésilien Vinicius de Moraes (celui qui a écrit les paroles de tant de bossa novas célèbres).

Marcel Camus convie le spectateur à une ode idyllique avec pour toile de fond le carnaval de Rio de Janeiro. Costumes à plumes multicolores, paillettes et masques insolites sont au rendez-vous… la musique aussi. Ici, elle est reine. Elle est souveraine. C’est elle qui mène les passions et la soif de vivre des Cariocas. Elle est omniprésente, on ne peut y échapper. On se surprend même à en redemander. Il faut dire que quelques pas suffisent pour se laisser entraîner dans cette ambiance euphorique festive.

De la samba, bien sûr (il n’en saurait être autrement). Mais aussi de la bossa nova, musique plus douce qui invite à la tendresse, à l’intimité amoureuse, à cet état d’esprit entre la mélancolie et la joie (« saudade », en portugais). Bossa nova, un style musical à part entière qui avait été popularisé un an plutôt par le génial João Gilberto. D’ailleurs, l’artiste reprend souvent dans ses albums et ses concerts les chansons de ce film qui sont toutes devenues des références anthologiques de la chanson brésilienne.

Des acteurs attachants, un décor tropical paradisiaque, des corps légèrement vêtus, des chansons inoubliables, un rythme syncopé permanent et une direction artistique talentueuse téléportent le spectateur dans un autre monde, un monde de songes où tout est permis. À voir si vous aimez la culture brésilienne ou tout simplement pour enrichir votre culture cinématographique. Vous ne serez pas déçu du voyage, croyez-moi.

Publicités


2 Responses to “Orfeu Negro, de Marcel Camus (1959)”

  1. 1 bruno

    orfeu negro… un grand film… j’avais 17 ans… je l’ai vu au kinopanorama de paris. ce cinema existe-t- il toujours ?

  2. 2 moqueurpoli

    Bonjour Bruno,

    Tout à fait d’accord avec vous. Orfeu Negro est un grand film, et je dirais même un film culte. Il suffit de savoir que les chansons du film sont encore très populaires de nos jours au Brésil pour s’en convaincre. A la fois poétique et réaliste, cette transposition brésilienne du mythe grec d’Eurydice et d’Orphée est l’un des plus beaux films brésiliens que j’ai vus jusqu’à présent.

    En ce qui concerne le cinéma Kinopanorama, je crois qu’il existe toujours à Paris.

    MoqueurPoli


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :