Frankenstein: The True Story, de Jack Smight (1973)

26Sep08

Après la mort de son frère, Victor Frankenstein, étudiant en médecine, se promet de trouver un moyen de le ramener à la vie. Obsédé par cette idée, Frankenstein se joint au docteur Clerval pour modeler une créature dont les organes proviennent des dépouilles d’ouvriers tués lors d’un accident dans une carrière. Lorsque Clerval meurt d’une crise cardiaque, Frankenstein insère le cerveau du défunt dans le corps inanimé de la créature et lui donne la vie. Bien que fasciné par l’intelligence et la beauté de sa créature, il remarque bientôt que le processus dégénère…

Frankenstein: la vraie histoire. Film d’horreur britannique de Jack Smight
3 h 02, première diffusion télévisé en 1973
Avec James Mason (Docteur John Polidori), Leonard Whiting (Victor Frankenstein), David McCallum (Docteur Henry Clerval), Jane Seymour (Prima), Michael Sarrazin (La créature)…
Note : 3/20

Que ne fait-on pas pour un acteur qu’on admire ! J’ai l’habitude de penser que tout film interprété par l’acteur britannique James Mason mérite une attention particulière mais… celui-ci déroge incontestablement à la règle. Tout est pitoyablement minable dans ce film : sa durée abusive, la lourdeur de son scénario, l’amateurisme de sa mise en scène, ses effets spéciaux à rabais, le jeu foncièrement décevant (voire frustrant) de ses acteurs ou encore la négligence patente de sa direction musicale. On regrette vite d’avoir perdu trois interminables heures à se farcir cette production télévisée sans intérêts…

Mais ce n’est pas tout. Malgré ce que son titre annonce, cet énième remake des expériences macabres du légendaire Docteur Frankenstein n’est PAS une adaptation fidèle du roman de Mary Wollstonecraft Shelley… Loin de là. Le cinéaste Jack Smight n’a visiblement pas hésité à prendre des distances interstellaires avec le scénario original, et ce, pour le plus grand malheur des puristes littéraires (comme moi)… On repassera aussi pour l’originalité: ce film n’est rien d’autre qu’un montage de clichés empruntés (on pourrait dire plagiés !) aux productions de la Hammer des années 60 et 70. Pour adeptes seulement… et encore !

Advertisements


5 Responses to “Frankenstein: The True Story, de Jack Smight (1973)”

  1. 1 Tom Peeping

    Bonjour, le jugement sur ce téléfilm me semble un peu sévère. Certes, le titre est erroné et cette version s’éloigne beaucoup de l’original (mais c’est le cas de la plupart, et la version « fidèle » avec De Niro et Kenneth Branagh est une catastrophe…) mais il y a quelques idées justement inédites. Pour avoir vu ce téléfilm enfant, et l’avoir revu récemment, quelques trente ans après, après en avoir vu beaucoup d’autres, j’avoue avoir pris un certain plaisir.
    A ce propos, je cherche désespérément la date du premier passage de cette version à la télévision française. Je me souviens que la bande-annonce avec le bras qui bouge tout seul m’avait fortement impressionné.
    Si l’auteur de ce blog ou un lecteur se souvient…
    Merci d’avance

  2. 2 moqueurpoli

    Bonjour Tom Peeping,

    Merci pour ce commentaire. Honnêtement, la version que je préfère est celle avec l’acteur britannique Boris Karloff que James Whale réalisa en 1931. Le noir et blanc accentue toute l’horreur et la tragédie qui se cache derrière ce « monstre affreux », créature de l’enfer, véritable zombie sortie de malheur. Certes, le film a vieilli mais c’est un classique que je ne me lasse pas de revoir. J’ai surtout été déçu par la performance de James Mason, un acteur que j’aime bien – et qui n’a pas fait que des navets pourtant… Et puis le film est trop long. Il y a des scènes qui auraient méritées de disparaître. En ce qui concerne la date exacte du premier passage de cette version à la télévision française, je ne la connais pas. Mais sachant que la sortie américaine de ce film remonte au 30 novembre 1973, j’imagine que l’œuvre a dû être diffusée un peu après cette date (janvier-avril 74).

  3. 3 Tom Peeping

    Oui, il y a beaucoup de versions de Frankenstein et si, évidemment, celle de James Whale est LA version classique (personnellement, je préfère encore la suite, « La Fiancée de Frankenstein » que je trouve encore plus belle) j’avoue une grande faiblesse pour les films de la Hammer avec Peter Cushing, acteur inégalable dans le rôle du docteur…). Je soulignais juste qu’il y avait quelques bonne idées de scénario dans ce téléfilm. Quant à la date de diffusion francaise, je crois qu’elle est plus tardive. En tous cas, ça avait fait un peu de foin à l’époque : passer un Frankenstein à 20h30 à la télé qui était encore très familiale…

    En ce qui concerne James Mason, il est parfait dans « Lolita », et un excellent méchant dans « La Mort aux trousses ». Mais je crois me souvenir que dans le remake du « Ciel peut attendre » il est aussi très classe dans le rôle de Mr Jordan, un genre de Saint-Pierre qui accueille Warren Beaty à la porte du paradis.

  4. 4 moqueurpoli

    J’aime également l’époque de la Hammer; elle est plus sombre, plus complexe que les films d’horreur américains des années 30. Le tandem Peter Cushing/Christopher Lee nous a donné de très bons films: Le chien des Baskervilles (celui que je préfère), Le cauchemar de Dracula, Frankenstein s’est échappé, La malédiction de la momie, etc.

    Pour en revenir à Mason, Lolita et La Mort aux trousses sont d’excellents classiques. Je n’ai vu qu’une seule fois « Le ciel peut attendre ». Il y a longtemps. A la même période, il y a eu le génial « Ces garçons qui venaient du Brésil », drame complexe avec Grégory Peck, qui sort bientôt – si ce n’est déjà fait – en DVD en France. Mais ses deux meilleurs films restent Huit heures de sursis (1947) et L’affaire Cicéron (1952).


  1. 1 summer boots motorbike

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :