Un peu d’histoire finlandaise…

02Oct08

Pour quiconque souhaite s’imprégner d’une société, entrer en contact avec sa culture ou mieux comprendre les évènements politiques qui s’y déroulent, une bonne base de connaissance historique est primordiale.

L’histoire de la Finlande se divise schématiquement en trois grandes périodes : l’emprise suédoise (1155-1809), l’ère russe (1809-1917) et l’époque contemporaine (depuis 1917) caractérisée par l’émancipation du peuple finlandais. Il faut savoir au préalable que les Finlandais n’ont jamais formé une entité politique clairement définie avant d’être assujettis par leurs puissants voisins. La Finlande, tel qu’on l’a conçoit aujourd’hui, résulte en fait d’un mouvement politique de libération nationale initiée au XIXe siècle.

L’origine du peuplement de la Finlande

Deux peuples ont « colonisés » le territoire finlandais : les Saamis et les Finno-ougriens. Si la genèse de ce peuplement est toujours sujette à débat parmi les historiens, on peut affirmer sans trop se tromper que ce sont les Lapons (appelés de nos jours les Saamis) qui se sont installés les premiers sur le territoire actuel de la Finlande. Peuple de chasseurs, vivant essentiellement de la pêche, de la chasse et de l’élevage de rennes, les Lapons se sont peu à peu dispersés, certaines tribus s’implantant dans le nord de la Russie ou en Finlande, d’autres s’établissant en Norvège et en Suède.

C’est vers le début du Ier siècle de notre ère qu’arrivent les premières tribus finno-ougriennes. Venues d’Europe centrale par la Mer Baltique, celles-ci s’établissent définitivement en Finlande. Les Finno-ougriens prennent alors possession des côtes et des terres intérieures et refoulent les Lapons dans la partie nord la plus extrême du territoire ou les soumettent à la servitude. La retraite du peuple Saami a eu évidemment de graves conséquences sur sa démographie : ils n’occupent plus aujourd’hui qu’une infime partie du territoire finlandais (immigration en Suède et en Norvège). Au IXe siècle, les Finlandais tissent des liens avec les Vikings qui se dirigent vers la Russie. De nombreux comptoirs marchands sont établis afin d’exploiter la richesse forestière de la Finlande.

L’emprise suédoise

Ce n’est qu’à partir du XIIe siècle que les Suédois s’intéressent véritablement à la Finlande, alors une terre sauvage quasiment vide de colonies humaines. Sous le règne du roi Erik Jedvarsson (dit le Saint), la Suède conquiert et christianise rapidement le territoire. En 1353, la Finlande est érigée en Grand Duché, sorte de protectorat rattaché au Royaume de Suède. Les populations finlandaises sont assujetties et le système juridique et social scandinave est imposé. Une capitale finlandaise est fondée à Turku. De cette époque jusqu’en 1809, la Finlande vivra sous la tutelle de son voisin de l’ouest et s’opposera aux avancées territoriales incessantes de l’Empire russe. Tout au cours du XVIIIe siècle, la Russie prendra du pouvoir sur le pays et la Suède sera contrainte de céder du terrain aux prix de terribles souffrances pour les habitants de la Finlande : cette période est connue sous le nom de « Grande Colère »

L’ère russe

Temporairement alliée de la France lors des guerres napoléoniennes, la Russie attaque en 1809 la Suède, alliée des Britanniques et annexe le territoire finlandais. Le Tsar en fait un Grand Duché de l’Empire russe. Un accord tacite entre Russes et Finlandais est alors entériné : le tsar devient le Grand-duc de Finlande et reconnaît les libertés traditionnelles des Finlandais alors que ces derniers doivent jurer fidélité au souverain mais préservent leur citoyenneté. Afin de contrer les influences suédoises, le Tsar accorde de nombreux privilèges à la Finlande et laisse une grande autonomie aux Finlandais (tout en s’arrogeant un droit de veto sur les grandes décisions du Grand Duché). Plus près de Saint-Pétersbourg, Helsinki devient la capitale de la Finlande.

Cette période de réforme libérale se termine brusquement avec l’assassinat du Tsar Alexandre II. Son successeur Alexandre III, puis Nicolas II n’auront de cesse de remettre en cause cette politique par des contre-réformes autocratiques ou encore par une russification forcée des peuples de l’Empire. C’est d’ailleurs à cette époque que se développe en Finlande l’amorce d’un sentiment national. Après la première guerre mondiale et la chute de l’Empire russe, la Finlande obtient, à l’instar des pays baltes, son indépendance.

La période contemporaine

Peu de temps après son indépendance, une guerre civile éclate entre les Rouges, partisans d’un ralliement aux Bolcheviks révolutionnaires, et les Blancs, alliés à l’Allemagne. Vainqueurs de cette guerre civile, les Finlandais éliront un roi allemand mais la débâcle des Allemands en 1918 aidera l’ex-général tsariste Mannerheim à proclamer la République de Finlande en 1919. Vaincue lors de la Seconde Guerre mondiale contre les Soviétiques, la Finlande cède aux Soviétiques 10 % de son territoire, dont la province de Carélie (qui appartient encore à la Russie). La Finlande demeurera toutefois indépendante contrairement aux Pays baltes. Elle doit quand même payer verser un lourd tribut et doit se résigner à subordonner sa politique étrangère à celle de l’URSS en échange de la sauvegarde de ses institutions démocratiques.

Ce sera la période dite de la « finlandisation » qui perdurera jusqu’à la fin de la Guerre froide. La Finlande fera preuve de neutralité stricte, ne se rangeant ni dans l’un ou l’autre des blocs. Cette neutralité fait encore aujourd’hui consensus : les Finlandais hésitent toujours à adhérer à l’OTAN. Après une crise économique majeure suite à l’effondrement de l’Union soviétique (son premier partenaire économique), la Finlande renoue avec la croissance au milieu des années 90 grâce à une relance de l’activité technologique. De nos jours, Helsinki est membre de l’Union européenne (depuis 1995) et est le seul pays nordique à faire partie de la zone euro.

Je vous laisse sur cette version abrégée de l’histoire finlandaise. J’aurai certainement l’occasion de vous reparler de l’histoire finlandaise et de ses influences sur la politique étrangère actuelle.

Advertisements


No Responses Yet to “Un peu d’histoire finlandaise…”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :