Martti Ahtisaari, prix Nobel de la paix 2008

14Oct08

A Helsinki, la nouvelle a été accueillie avec un grand enthousiasme vendredi dernier. Pour fêter cet évènement exceptionnel, les autorités avaient invité les citoyens finlandais à sortir leur drapeau national et à le hisser aux quatre vents. La raison ? Jour de fête et de fierté nationale : Martti Ahtisaari, ancien président finlandais, venait de recevoir le prix Nobel de la paix. Retour sur un parcours d’exception.

Né en 1937 à Viipuri (ville de la Carélie qui allait être annexée trois ans plus tard par Staline et que l’on connaît de nos jours sous son nom russe de Vyborg), Marti Ahtisaari et sa famille fuient les bombardements de l’Armée Rouge pour s’installer à Oulu, une bourgade du nord de la Finlande. C’est là qu’il poursuit des études pour devenir instituteur. Membre de l’organisation YMCA (Young Men’s Christian Association), il est envoyé de 1960 à 1963 dans une école primaire de Karachi, au Pakistan, pour y donner des cours d’éducation physique et sportive. A son retour en Finlande, il milite dans des organismes de coopération pour le développement des pays du tiers-monde. En 1965, il rentre dans le Bureau de l’aide au développement au sein du Ministère finlandais des affaires étrangères où il se fait remarquer pour son dévouement sans faille envers la cause pacifique.

Paix en Namibie

C’est en 1973 que le président de l’époque Urho Kekkonen le nomme ambassadeur en Tanzanie et représentant finlandais en Somalie, au Mozambique et en Zambie. Sur place, il noue des contacts avec le South-West African People’s Organisation (SWAPO), alors syndicat namibien d’obédience marxiste propageant la mouvance indépendantiste namibienne. De 1977 à 1981, il sera d’ailleurs nommé Commissaire des Nations unies pour la Namibie, un territoire encore sous l’administration de l’Afrique du Sud et dont l’ONU souhaitait l’indépendance, à l’heure de la décolonisation. Sous l’égide onusien, et jusqu’à l’indépendance de la Namibie en 1991, il participera à de nombreuses rencontres politiques entre l’ONU, le SWAPO et l’Organisation de l’unité africaine (future Union africaine).

La présidence de la Finlande

En 1991, il participe aux médiations de l’ONU suite à la Guerre du Golfe. Sa modération affichée ayant plutôt déplu aux Américains, ces négociations de paix lui auraient apparemment coûté son élection en tant que Secrétaire général des Nations unies. Deux ans plus tard, alors qu’il s’impliquait dans les médiations onusiennes visant un accord de paix en Bosnie-Herzégovine, Ahtisaari décide de s’impliquer dans la campagne présidentielle finlandaise de 1994. La sévère récession économique, qui touchait de plein fouet le pays, avait alors miné la confiance de l’électorat finlandais à l’égard de ses personnalités politiques de premier plan, ce qui lui était favorable. L’arrivée de Martti Ahtisaari à la présidence apportait donc un second souffle à la politique finlandaise et nourrissait justement l’espoir d’un retour à la prospérité économique. Au cours de son mandat présidentiel de 6 ans, Ahtisaari a notamment fait adhérer son pays à l’Union européenne (1995) et a négocié avec Slobodan Milosevic (aux côtés du Premier ministre russe Viktor Tchernomyrdine !) pour mettre fin aux violents combats dans la province serbe du Kosovo (1998).

Depuis 2000

Depuis 2000, l’ex-président finlandais s’est attelé à la résolution pacifique de conflits, ici dans le cadre de l’ONU, là en tant qu’expert de la diplomatie. Il a participé à l’inspection du désarmement de l’IRA en Irlande (2000), est devenu l’envoyé spécial des Nations unies pour les crises humanitaires dans la corne de l’Afrique (2003), a dirigé les négociations de paix en Aceh (2005) entre le gouvernement indonésien et les séparatistes ou encore a supervisé les négociations sur le statut final du Kosovo (2006). Soyons franc: malgré sa position en faveur de l’indépendance du Kosovo (qui franchement n’augure rien de bon pour l’Europe…), la trajectoire exceptionnelle de ce militant pour la paix dans le monde méritait bien son prix Nobel.

Publicités


One Response to “Martti Ahtisaari, prix Nobel de la paix 2008”

  1. 1 philippe

    pourquoi l’indépendance du Kosovo n’augure rien de bon pour l’Europe ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :