La forteresse de Suomenlinna

16Oct08

On m’en avait souvent parlé depuis mon arrivée à Helsinki. Suomenlinna était un endroit sympa à visiter, surtout pour un passionné d’histoire et de la Russie comme moi. Il y avait apparemment de bonnes balades à faire et l’on pouvait même y ramasser quelques champignons… Je dois avouer avoir été agréablement surpris après ma visite de l’île fortifiée. Je vous invite à la découverte de ce haut lieu historique finlandais.

Inscrite en 1991 sur la liste du patrimoine culturel mondial de l’UNESCO, la forteresse de Suomenlinna (« Sveaborg »,  à l’origine) présente un caractère pittoresque qui vaut largement le déplacement. Construit sur un archipel de 5 îles en rade d’Helsinki, ce site maritime est l’un des plus beaux joyaux de l’histoire naval et militaire de l’Europe. Rien que la traversée depuis Helsinki est une expérience en soi. Lorsque le ferry quitte son quai, près de la Place du marché, le panorama qui se dévoile petit à petit, à mesure que le bateau s’éloigne du rivage, est tout simplement charmant. Le trajet ne dure qu’une vingtaine de minutes mais l’attente est largement compensée à l’arrivée: rendez-vous avec l’histoire.

C’est en 1747 que le roi de Suède, souhaitant contrer la puissance maritime russe dans la région Baltique, décide de construire une fortification au large d’Helsinki. Augustin Ehrensvärd (à droite), un lieutenant-colonel de 37 ans, est alors désigné en tant que responsable de la construction d’une forteresse navale que l’on baptisera Sveaborg (fort de Suède, en suédois). Alliée militaire de la Suède, la France finance en partie ce projet dont le plan initial reprend les principaux concepts de l’architecte militaire français Vauban. Surnommée la Gibraltar de la Baltique, Sveaborg tiendra rapidement une position stratégique de première importance dans la politique extérieure de la royauté suédoise. Elle servira de base militaire et sera le lieu de nombreux affrontements avec l’Empire russe au cours du 18e.

Après la conclusion d’une alliance de circonstance entre l’empereur Napoléon et le Tsar Alexandre 1er à Tilsit en 1807, la Russie attaque la Suède (et, par là même, le territoire finlandais) pour forcer celle-ci à s’allier aux Français contre les Britanniques. Mais cette tentative politique se transforme bientôt en une guerre de conquête et la prise de Sveaborg ne tarde pas à devenir un objectif tactique pour les troupes russes.

Encore de nos jours, la chute de Sveaborg reste un mystère. Alors sous les ordres du Vice-Amiral suédois Carl Olof Cronstedt (ci-contre), la forteresse avait pourtant renforcé ses effectifs humains et matériels: 7 000 soldats et 400 canons protégeaient ce bastion suédois jugé imprenable. En dépit de leur force inférieure en nombre et de leur incapacité à s’emparer de Sveaborg, les Russes parviennent toutefois à conclure une trêve après un court bombardement. A la surprise générale, Cronstedt capitule sans aucune résistance et livre la forteresse aux troupes tsaristes le 8 mai 1808. Cet abandon aura des effets sans précédents sur la vie des Finlandais qui seront annexés l’année suivante à l’Empire russe sous la forme d’un Grand Duché.

Après la nomination d’Helsinki comme nouvelle capitale de la Finlande en 1812, une importante garnison de 13 000 soldats est placée à Sveaborg. Les Russes profiteront de leur passage sur l’île pour y construire des dortoirs, des institutions scolaires, un hôpital et une église orthodoxe. Durant la Guerre de Crimée, la forteresse est attaquée par une flotte franco-britannique en août 1855 (à droite). Durant deux jours et deux nuits, les bateaux alliés vont bombarder Sveaborg, causant ainsi des pertes douloureuses pour la Russie. Paradoxalement, l’armada repart sans avoir tenté un débarquement ou la conquête de l’île fortifiée. Peu de temps après, une période de paix s’installe jusqu’en 1906 lorsqu’une grande rébellion contre le pouvoir en place éclate au sein même de la garnison militaire de Sveaborg. Cette mutinerie faisait en fait suite à la Révolution russe de 1905. Mais ce soulèvement est vite maté.

Suite à la capitulation de la Russie lors de la première guerre mondiale et à la subséquente indépendance de la Finlande, Sveaborg devient officiellement finlandais le 12 mai 1918, quelques 110 ans après sa prise par les Russes. Pour l’occasion, on rebaptise la forteresse: Suomenlinna (fort de Finlande, en finnois) devient le nom officiel de l’archipel. L’église orthodoxe qui avait été construite sous la période russe est détruite et remplacée par une église luthérienne. Lors de la guerre civile qui se déclenche la même année, la forteresse devient un camp de concentration (à gauche) abritant quelques 8 500 prisonniers. Celui-ci est finalement démantelé en 1919 après la mort d’un millier de personnes. La forteresse devient une base militaire qui perdra son importance à mesure que les progrès technologiques se développeront.

Aujourd’hui, Suomenlinna regroupe 8 îles (Kustaanmiekka, Susisaari, Iso Mustasaari, Pikku Mustasaari, Länsi Mustasaari, Särkkä, Pormestarinluoto et Lonna) et est devenue la résidence principale d’environ 900 personnes. Seule l’Académie navale de Finlande rappelle aux Finlandais (et aux visiteurs !) le passé militaire de l’île fortifiée. Demain, si vous êtes bien sages, vous aurez droit à une petite sélection de clichés. Bon… un petit aperçu quand même !

Vue panoramique imprenable sur le port d’Helsinki, depuis le ferry

L’Académie navale finlandaise, construite en 1756

Un canon faisant face à la mer, sur les remparts de la forteresse

Chic, des champignons !

Couleurs automnales sur les remparts de Suomenlinna

La tombe d’Augustin Ehrensvärd, architecte et concepteur de la forteresse

Advertisements


No Responses Yet to “La forteresse de Suomenlinna”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :