Lumière sur le général Bobrikov

22Oct08

Personnage honni de l’historiographie finlandaise, le général Bobrikov n’en demeure pas moins une figure importante dans l’éveil du nationalisme finlandais au début du XXe siècle. C’est en instaurant un régime autoritaire et répressif basé sur une politique de russification forcée que ce Gouverneur-général du Grand-duché de Finlande a émoustillé, à son insu et au prix de sa vie, la fibre nationaliste finlandaise.

Né en 1839 à Saint-Pétersbourg, Nikolaï Ivanovitch Bobrikov (à gauche) fait de brillantes études militaires et devient officier de l’Armée russe dès 1858 (à l’âge de 19 ans !). Il servira dans un détachement armé à Kazan, puis travaillera dans le corps administratif militaire à Novgorod avant de devenir colonel en 1869. Il est transféré un an plus tard à Saint-Pétersbourg, alors capitale de l’Empire russe, pour servir dans la garde impériale du très libéral Tsar Alexandre II. Ce dernier le nomme général-major en 1878 au sein des troupes tsaristes. L’assassinat du Tsar le 1er mars 1881 (13 mars 1881, pour le calendrier grégorien) marquera profondément Bobrikov. Persuadé de l’inefficacité des lois libérales, il n’aura de cesse de préconiser la méthode forte contre la rébellion et deviendra un vif partisan (et artisan) des contre-réformes qu’institueront les deux derniers tsars Alexandre III et Nicolas II.

En 1898, il est nommé Gouverneur-général de Finlande par le Tsar Nicolas II. A ce titre, il a la lourde charge de représenter le pouvoir tsariste en territoire finlandais, territoire conquis 90 ans plus tôt. Craignant que la Finlande ne menace les intérêts de l’Empire russe, il participe activement à ce que les Finlandais appellent de nos jours les « années d’oppression », c’est-à-dire la russification de la Finlande. C’est avec une conviction effarante qu’il appliquera cette stratégie visant à la suppression de l’autonomie de la Finlande au sein de l’Empire russe.

Sous sa gouvernance, la russification de la Finlande (personnifiée ci-contre, tableau d’Edvard Isto) repose principalement sur une série de quatre mesures concrètes que Bobrikov pilotera avec l’aval du tsar. En 1899, un premier manifeste tsariste confère au gouvernement impérial le droit d’exercer son pouvoir sur la Finlande sans le consentement du corps législatif local. Toute loi finlandaise était ainsi subordonnée au bon vouloir du tsar. L’année suivante, un second décret fait de la langue russe la seule langue officielle de Finlande. L’enseignement du russe dans les écoles devient alors obligatoire pour tous. La loi de circonscription, signée en juillet 1901 par Nicolas II, abolit l’armée finlandaise et l’incorpore au sein des troupes russes. Cette dernière mesure s’avérera contre-productive, l’absentéisme, l’insubordination et l’insoumission de Finlandais minant le rendement de l’institution militaire. Enfin, l’attribution de pouvoirs dictatoriaux par le tsar au général Bobrikov en 1903 a pour but de supprimer, à l’ère des nationalismes, toute forme de contestation régionale ou nationale au sein de l’Empire russe. Bobrikov pourra dorénavant disposer du peuple finlandais à sa guise. Il n’hésitera d’ailleurs pas à renvoyer des membres élus du gouvernement finlandais et à abolir la presse locale.

Mais cette situation ne perdurera pas et s’arrêtera brutalement le 16 juin 1904 lorsque Bobrikov est assassiné par un jeune nationaliste finlandais Eugen Schauman, aujourd’hui devenu un héros national. Dans une lettre posthume, Schauman (qui se suicide subitement après l’homicide) justifiera son acte par rapport aux nombreux crimes qu’avait commis Bobrikov contre le peuple finlandais. Si Bobrikov n’est pas l’instigateur du nationalisme finlandais, du moins l’aura-t’il enflammé. 

Publicités


2 Responses to “Lumière sur le général Bobrikov”

  1. Article intéressant à lire, d’autant plus que l’histoire de la Finlande apparaît très peu dans les programmes scolaires chez nous, la période de la seconde guerre mondiale exceptée. Merci!

  2. 2 moqueurpoli

    Le fait qu’elle ait été dominée par deux fois dans son histoire (d’abord par la Suède, puis par la Russie) fait de la Finlande un pays intéressant à étudier d’un point de vue historique et géopolitique. Par ailleurs, je suis content d’apprendre que tu aies apprécié cette note historique. J’essaierai prochainement de traiter d’un autre aspect historique de l’histoire finlandaise.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :