Le musée municipal d’Helsinki

30Oct08

Petit musée situé dans une petite ruelle adjacente à la place de la grande cathédrale blanche, le Musée municipal d’Helsinki (Helsingin Kaupunginmuseo, en finnois) présente l’histoire de la ville à travers trois salles d’exposition, chacune d’elles étant consacrée à l’une des trois grandes périodes historiques de la ville.

Avant d’entamer le parcours que propose le musée, quelques cartes portent à la connaissance du visiteur l’histoire géologique de la ville. Il faut savoir que le site actuel de la ville émergea de la mer peu après la fonte des glaciers de la dernière glaciation vers 10 000 av. J.-C. Les premiers colons, qui parlaient une langue finno-ougrienne seraient arrivés, selon les historiens, vers 3000 av. J.-C. On suppose que le christianisme se propagea vers l’an 1000 de notre ère. Le royaume de Suède ayant investi la Finlande au cours des XIIe et XIIIe siècles, le pays faisait pratiquement partie intégrante du royaume suédois à la fin du Moyen-Age.

Après ce bref préliminaire historique, le parcours invite dans la première salle qui est dédiée à la période suédoise d’Helsinki. On y apprend, entre autres, la naissance et le développement de la ville. C’est dans le but de rivaliser avec la riche Tallinn voisine que le roi suédois Gustave Vasa fonda la ville vers 1550. Elle n’était alors qu’une petite bourgade mal située qui végétait à l’embouchure de la rivière Vantaa. La ville se modernisa petit à petit, notamment grâce à l’établissement de nombreux négociants, attirés par les perspectives commerciales de la région baltique. Le musée possède d’ailleurs une riche collection de verreries et de céramiques qui témoignent de la prospérité de certains bourgeois et des relations commerciales de l’époque. Des dessins reconstituent le paysage urbain du début du XVIIe siècle ainsi que l’aspect de la première église d’Helsinki (elle sera détruite par les flammes quelques années plus tard). En 1640, la ville fut transférée sur un nouvel emplacement, à proximité d’un port plus pratique pour la navigation. Comme le montre un plan de la fin du XVIIe siècle, toute la ville tenait alors dans les quartiers qui entourent aujourd’hui la Place du Sénat. Les habitants durent subir de nombreuses épreuves (guerres, incendies, famines, épidémies) et la ville resta petite et relativement pauvre. Au cours de la Guerre du Nord, en 1713, les Russes attaquèrent la ville. Pour donner du fil à retordre aux troupes russes, les habitants brûlèrent leur propre ville avant de l’évacuer… Mais c’était sans compter la sagacité des Russes qui reconstruisirent une bonne partie de la ville. La paix fut rétablie en 1721 et de nombreux habitants retournèrent chez eux. Ils finalisèrent la reconstruction  entreprise par les Russes. Des objets provenant de la nouvelle église qui fut achevée en 1727 sont exposés. En 1748 commença la construction de la forteresse maritime de Viapori (aujourd’hui Suomenlinna) sur les îles de la rade d’Helsinki. Cet immense chantier et la garnison qui y fut postée générèrent une abondante clientèle au profit des commerçants et industriels de la ville. Prospérant depuis lors, Helsinki devint le deuxième plus grand port du pays après Turku, la capitale de l’époque. Des aquarelles ainsi que des tableaux illustrent plusieurs aspects de la vie sociale d’Helsinki au début du XIXe siècle.

Poursuivant le parcours, il faut emprunter un petit escalier pour accéder à la seconde salle, à l’étage. Galerie la plus intéressante du musée, on y exhibe un aperçu de la vie politique, économique et sociale  de la ville sous la période russe. Prise à la Suède par la Russie, la Finlande obtint rapidemment un nouveau statut, plus indépendant, en tant que Grand-duché autonome de Russie. Helsinki en devint la capitale en 1812, Turku étant jugée trop près géographiquement et culturellement des Suédois. Ravagée par le feu au cours de la guerre de Crimée, la ville fut reconstruite dans le style néoclassique sous la direction de l’architecte allemand Engel. Son statut de capitale fit d’Helsinki le centre administratif et mondain de la Finlande. Avec le transfert de l’Université de Turku à Helsinki en 1872, la ville devint bientôt le pôle d’une effervescence culturelle finlandaise en plein essor. Des gens de différentes régions de Russie vinrent s’installer à Helsinki où coexista alors de nombreuses langues et religions, donnant à la ville un caractère cosmopolite. Dans les années 1840, Helsinki fut pour une brève période une villégiature balnéaire huppée de la noblesse saint-pétersbourgeoise. Un grand panorama affiché sur un pan de mur montre d’ailleurs la vue qui s’ouvrait depuis les rochers du parc Kaivopuisto, à proximité de la station balnéaire. En 1863, après avoir restauré et convoqué la Diète de Finlande à Helsinki, le Tsar Alexandre II autorisa aux Finlandais la poursuite régulière de leur activité législative. Ceci fit de la ville le centre de la vie politique du Grand-duché. La première gare ferroviaire ouverte en Finlande fut celle d’Helsinki, inaugurée en 1862. Avec l’industrialisation croissante de la ville dans les années 1860, la ville devint le premier centre industriel du pays. Le gaz, l’eau courante, l’électricté, le téléphone et le tramway entrèrent peu à peu en usage à cette époque. De 1870 à 1910, la population d’Helsinki quadrupla. L’élargissement se développa à la manière de l’Europe continentale: de grands immeubles remplirent les rues et la vie culturelle et récréative s’anima. On se mit alors à imaginer d’imposants boulevards et des cités jardins. Une grande effervescence politique marqua le tournant des XIXe et XXe siècles en raison des mesures d’oppressions exercées par la Russie sur les droits finlandais (voir l’article sur le Général Bobrikov). La rébellion finlandaise se produisit  pour l’essentiel par des moyens pacifiques. Dans le tumulte de l’époque, la Finlande obtint en 1906 un droit de vote général et égal, tant pour les hommes que pour les femmes, ainsi que l’instauration d’un parlement monocaméral qui commença à siéger à Helsinki.

Adjacente à la salle II, la troisième salle informe sur la période qui suivit l’indépendance du pays en 1918. La Finlande prit son indépendance dans les tumultes de la révolution russe le 6 décembre 1917. Au printemps 1918, la guerre civile s’amorça à Helsinki avec la Révolution des Rouges (communistes) et s’acheva avec la victoire des Blancs (démocrates). En rapide expansion, la capitale de la Finlande indépendante s’efforça depuis lors de se faire le visage d’une véritable métropole. Les maisons de pierre investirent la ville bloc après bloc; de grands magasins et des hôtels se dressèrent dans le centre-ville. La Seconde Guerre mondiale fut une lourde épreuve pour la Finlande. L’Union soviétique attaqua en novembre 1939 et les hostilités ne s’achevèrent définitivement qu’au printemps 1945. Helsinki fut lourdement bombardée mais sauvée par une protection anti-aérienne efficace. Durant la guerre, le quotidien signifia pour les habitants pénuries et rationnements. L’après-guerre fut naturellement une période de reconstruction. Les Jeux Olympiques de 1952 contribuèrent au démarrage économique. La superficie de la zone métropolitaine d’Helsinki se décupla dès 1946. Des banlieues se construirent dans les années 50, 60 et 70 pour le logement d’une population en pleine croissance et la modernisation de l’habitat. Dans le même temps, se créa l’Etat-providence nordique avec ses jardins d’enfants, écoles, centres de santé et maisons de retraite (services publics quasi gratuits). Helsinki connu au cours des dernières décennies des périodes de prospérité comme de récession (notamment après la chute de l’Union soviétique au début des années 90). Depuis, la Finlande est devenue membre de l’Union européenne en 1995 et s’est acquise une notoriété internationale en qualité de ville culturelle européenne en 2000. Le parcours termine en concluant qu’Helsinki est aujourd’hui une authentique métropole miniature. Un petit musée sympa à découvrir.

Publicités


No Responses Yet to “Le musée municipal d’Helsinki”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :