La politique environnementale en Finlande (III)

20Déc08

Parce que l’environnement est devenu sans conteste l’un des enjeux majeurs en ce début de XXIe siècle, je vous propose une série d’articles sur la politique environnementale de la Finlande à partir d’une fiche de synthèse sur ce sujet que j’ai réalisé dans le cadre de mon stage et que vous pouvez télécharger sur le site internet de la Mission économique d’Helsinki.

Performance incontestable en matière de qualité de l’air


pollution-usineHelsinki est généralement classée parmi les premières villes européennes pour sa qualité de l’air. Pour conserver ce titre, le Conseil de l’aire métropolitaine d’Helsinki (YTV) veille à l’application des mesures environnementales strictes imposées par les autorités municipales, régionales, nationales et internationales. De manière générale, la pollution atmosphérique est très limitée en Finlande, même dans les plus grandes villes du pays (Helsinki, Espoo, Vantaa, Tampere, Turku, Oulu). La situation du pays s’est nettement améliorée depuis les 20 dernières années grâce notamment à la lutte contre les émissions provenant des industries, des transports et de la production d’énergie.

pot-dechappementSuite à une directive européenne sur les polluants atmosphériques (2001/80/EC), le gouvernement finlandais a adopté en 2002 un Programme de contrôle de la qualité de l’air qui fixe, à l’horizon 2010, des objectifs ambitieux de réduction des émissions de dioxyde de souffre, d’oxyde d’azote, de composés organiques volatils ou encore de polluants ammoniaqués. Un rapport sur la progression de ce programme a été rendu public en 2006 et a donné un avis positif sur l’évolution des dernières années. Des experts finlandais se sont également déclarés optimistes sur le respect des objectifs fixés.

helsinki-coal-plantSignataire du Protocole de Kyoto, la Finlande s’est engagée d’ici 2012 à réduire à leur niveau de 1990 ses émissions de gaz à effet de serre. Dans cette optique, le gouvernement finlandais insiste encore beaucoup sur le recours aux énergies renouvelables et l’amélioration de l’efficacité énergétique. L’utilisation croissante de l’énergie éolienne s’inscrit dans cette politique de réduction des émissions de gaz. Il en va de même pour le projet de construction d’un 6e réacteur nucléaire. Couplée aux importants besoins en chauffage des Finlandais durant l’hiver, la consommation d’énergie des industries métallurgiques et papetières rend difficile la réduction des émissions de gaz. Les droits d’émission de CO² attirubés par la Commission européenne pour la période 2008-2012 ont été fixés à 37,6 millions de tonnes par an. Avec un taux de 78,5 millions de tonnes en 2007, les émissions finlandaises de gaz à effet de serre étaient 10 % supérieures à la limite fixée par le Protocole de Kyoto.

Publicités


No Responses Yet to “La politique environnementale en Finlande (III)”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :