Escapade à Turku (II)

10Mar09

Dans la série des belles découvertes, Turku est probablement la ville qui m’aura le plus fasciné au cours de mon séjour en terre nordique. Son charme discret et son romantisme m’ont littéralement séduit. Un véritable coup de foudre que je me propose de vous faire partager. Pérégrinations urbaines à la découverte d’une Finlande insoupçonnée.

Aura

le-chateau-de-turku1Situé à l’est de la ville, sur les rives du fleuve Aura, le château de Turku (à droite) est la plus grande construction médiévale et l’un des bâtiments les plus anciens de Finlande. Ce fleuron du patrimoine national, aujourd’hui transformé en musée, a fait l’objet de nombreux agrandissements successifs au fil des siècles. Construit en 1280 par les conquérants suédois, le château de Turku était à l’origine destiné à la défense stratégique de la ville. Devenu centre et symbole de pouvoir dès le XVIe siècle, il incarna longtemps l’autorité de la couronne suédoise sur ce qu’on appelait alors la Finlande « propre », c’est-à-dire le sud-ouest du pays. Le roi suédois Jean III et son épouse polonaise Catherine Jagellon y tinrent, vers le milieu du XVIe siècle, une cour de style très renaissance. Malgré de bonnes fortifications, ce château royal subit de multiples attaques au cours des XVIe et XVIIe siècles. La visite du site inclut les antichambres, le presbytère, les grandes salles de réception tapissés, l’église, les chambres royales, les donjons, les cachots et la prison. A la fin du parcours, une salle relate la chronologie du château à travers une série de maquettes. Après un déjeuner copieux dans l’un des meilleurs restaurants de la ville, nous avons décidé de poursuivre notre périple au Musée des Beaux-Arts.

Le Musée des Beaux-Arts de TurkuBâti en 1904, le Musée des Beaux-Arts de Turku (ci-contre) fut le second du genre en Finlande après la construction en 1887 du Musée Ateneum d’Helsinki. Conçu par l’architecte finlandais Gustaf Nyström et financé par les frères Ernst et Magnus Dahlström, ce bâtiment fut construit à l’image des châteaux d’Europe centrale du début du XIXe siècle. Situé sur une petite colline, le Musée surplombe la ville avec sa façade de type romantique. Les collections du musée abritent notamment une vaste bibliothèque d’environ 6000 ouvrages dédiés aux arts plastiques ainsi qu’une impressionnante collection de statuettes ramenées d’Afrique représentant le monde animal. Des œuvres finlandaises parmi les plus célèbres y sont également exposées : La défense du Sampo (1901) d’Akselli Gallen-Kallela, Les muses (1905) de Robert Wilhelm Ekman ou encore A la maison (1904) d’Hélène Schjerfbeck. Depuis la petite esplanade du musée, il est possible d’admirer la grande tour de la Cathédrale de Turku, dernière destination de notre voyage.

Cathédrale de TurkuSise sur la petite colline d’Unikankare, près des rives de l’Aura, la cathédrale de Turku (à droite) est le siège actuel de l’Eglise luthérienne finlandaise et le plus ancien sanctuaire de Finlande. Dédiée à la Sainte-Vierge et à Saint-Henri, premier évêque de Finlande, elle fut consacrée cathédrale catholique en l’an 1300. D’importants travaux d’agrandissement furent entrepris au cours du Moyen-âge dont la construction de deux nefs supplémentaires et la surélévation de la voûte centrale. En 1554, l’archevêché de Turku, mené par Mikael Agricola (1510-1557), adhéra aux idées de Martin Luther et amorça une série de réformes au sein de l’église finlandaise qui devint alors luthérienne. Gravement endommagée à la suite du grand incendie de 1827, la tour principale de la cathédrale fut reconstruite dans les années 1830. A l’intérieur, le retable représentant la transfiguration du Christ fut peint en 1836 par l’artiste suédois Fredrik Westin. Le retable derrière le maître-autel, la chaire et le passage à niveau furent conçus par le célèbre architecte finlandais Carl Ludwig Engel (1778-1840), également responsable de la grande cathédrale luthérienne d’Helsinki. Oeuvres du peintre Robert Wilhelm Ekman, de grandes fresques nationales de type romantiques ornent les murs et le toit de la cathédrale de Turku. Elles retracent deux évènements clés de l’histoire de l’Eglise finlandaise : le baptême des premiers chrétiens à Kupittaa par l’évêque finlandais Saint-Henri; et la rencontre entre le roi Gustave Vasa et Mikael Agricola, réformateur et premier traducteur du Nouveau testament en finnois. Plus récemment, en 1979, une rénovation majeure du bâtiment a été effectuée par les autorités municipales afin de permettre l’installation d’équipements modernes.

Nous aurions préféré arpenter plus longtemps les rues de l’ancienne capitale finlandaise mais il fallait penser à ne pas rater notre train. Sur la route du retour, nous jetons un dernier coup d’œil sur la ville illuminée. Romantisme nordique au clair de lune.

Romantique Turku

Publicités


No Responses Yet to “Escapade à Turku (II)”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :