L’Europe vue d’ailleurs: perspectives australiennes

09Mai09

Fête de l'EuropeA l’occasion de la Journée de l’Europe, qui commémore chaque année la déclaration Schuman du 9 mai 1950 constituant l’acte fondateur de l’Union européenne, la blogosphère et les médias ne manqueront pas de parler d’Europe. Que ce soit sur le ton de la diatribe ou celui de l’apologie, sur le ton de la critique ou celui de la louange, l’Europe suscite toujours autant de débats à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières. En ce jour de fête européenne, je vous propose d’aller voir ailleurs ce qui se pense et ce qui se dit sur l’Europe. Un exercice qui peut se révéler à la fois salutaire et profitable en ce qu’il donne un éclairage différent sur les enjeux actuels majeurs d’une Europe qui se construit.

A l’autre bout du monde, en Australie, on a aussi une opinion sur l’Europe. Entre Europe intime et Europe lointaine, entre proximité et distance, entre partenariats et rivalités, les perspectives australiennes sur l’UE sont complexes et méritent une attention particulière. Tour d’horizon.

Euraustralia

Avec l’Union européenne, l’Australie maintient des relations économiques très fortes. L’élargissement de l’UE en juin 2004 et les déboires européens survenus à l’occasion des référendums constitutionnels français et Bruxelles, capitale européennenéerlandais ont largement participé à la prise de conscience australienne que l’Europe est devenue, bon an mal an, un acteur de poids sur la scène internationale. En tant que puissance économique, l’UE est de nos jours le principal partenaire commercial de l’Australie, devant les Etats-Unis et la Chine. En effet, l’Australie réalise plus de 20 % de son commerce extérieur avec l’Europe. D’ailleurs, le poids de l’UE dans l’économie australienne ne cesse de croître, beaucoup plus que la distance kilométrique ou le tropisme asiatique naturel du pays ne pourraient le laisser penser. En Australie, l’Union européenne est également le second investisseur en importance derrière les Etats-Unis. Malgré la crise économique, les exportations australiennes vers l’Europe demeurent particulièrement dynamiques depuis le début des années 2000.

Querelle agricolePour Canberra, l’UE est de plus en plus perçue comme une entité autonome et indépendante par rapport à ses membres. La diplomatie australienne est donc très active au niveau des institutions européennes et, surtout, très influente en matière de lobbying pour les questions qui intéressent Canberra. Dans ce cadre, Bruxelles peut être considéré à la fois comme un partenaire régulier et un rival ponctuel, notamment à cause de la PAC (Politique agricole commune) jugée anticoncurrentielle. L’Australie a d’ailleurs souvent cherché à faire contrepoids à l’Union européenne en participant à un grand nombre de coalitions de pays lors de réunions successives à l’OMC (Organisation mondiale du commerce).

Tigre franco-allemandDans le domaine de la défense, l’Europe reste un partenaire majeur dans la région de l’Asie de l’Est, aux côtés des Etats-Unis. En s’alliant stratégiquement à l’OTAN et en appuyant tout élargissement potentiel aux pays de l’Est, l’Australie cherche à relier le traité ANZUS – signé par l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis – au pacte de l’Atlantique Nord. Les pays européens sont majoritairement perçus comme des alliés essentiels. Lors de l’opération Interfet (Force internationale pour le Timor oriental) dirigée par l’Australie au Timor oriental, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Irlande, la France, l’Italie et le Portugal ont apporté de généreuses contributions en personnel militaire. Pour l’Australie, les Européens sont aussi d’importants partenaires dans le domaine de l’armement malgré la forte dépendance australienne vis-à-vis du matériel militaire américain.

Foreign and Commonwealth Office (London)Les relations bilatérales qu’entretient Canberra avec les différentes capitales européennes oscillent souvent entre intimité et froideur. Avec le Royaume-Uni (à gauche), le lien est avant tout intime, presque familial, puisque l’identité culturelle australienne est fortement marquée par l’héritage colonial européen (environ 80 % des Australiens auraient un ancêtre britannique). L’Australie joue sur le partage d’une histoire et de valeurs communes pour promouvoir des accords de défense et une alliance accrue dans le domaine de la sécurité internationale. Si le choix de Londres d’intégrer la Communauté économique européenne en 1973 a minimisé l’importance du Commonwealth, la proximité culturelle a su préserver des relations politiques, culturelles et économiques privilégiées, Londres étant le quatrième partenaire de l’Australie après les Etats-Unis, la Chine et le Japon.

Ministère des Affaires étrangères (Paris)Avec la France (à droite), les relations sont un peu plus distantes et, ce, pour des raisons plus historiques qu’idéologiques. Au XIXe siècle, la progression française dans le Pacifique a été perçue comme une menace pour les colons anglais du continent australien. Pour s’opposer à la politique impérialiste de Napoléon  et à ses visées dans le Pacifique, les Australiens ont occupé en 1803 l’île de Tasmanie au nom de la couronne d’Angleterre. En outre, les implantations françaises à Tahiti et en Nouvelle-Calédonie ont toujours été critiquées par la presse et certains politiciens australiens. En 1995, la décision de Jacques Chirac de reprendre les essais nucléaires dans le Pacifique a entraîné l’une des plus grandes campagnes francophobes du pays par les médias australiens. Plus récemment, c’est l’agriculture française qui a été considérée comme un frein aux échanges commerciaux. Les agriculteurs français sont régulièrement dépeints comme des assistés qui s’enrichissent grâce à la PAC et qui empêchent le développement international de leurs homologues australiens. Malgré cette querelle agricole, les relations économiques entre les deux pays sont loin d’être catastrophiques: Paris est le douzième partenaire économique de l’Australie.

Euraustralie

Malgré la crise économique et les désaccords agricoles, l’Australie et l’Union européenne demeurent des alliés de la première heure et continuent d’entretenir des relations de confiance, tant sur le plan économique que politique,  militaire, culturel et social. Tout comme les Etats-Unis, l’Australie maintient des relations diplomatiques tant avec l’UE – prise comme entité politique indépendante – qu’avec la totalité de ses membres. Les Australiens tendent toutefois à penser l’Europe comme la simple somme des politiques et stratégies nationales de chaque Etat membre.  Pour eux, l’expérience européenne ne saurait annoncer la fin du modèle westphalien de l’Etat-nation.

Publicités


No Responses Yet to “L’Europe vue d’ailleurs: perspectives australiennes”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :