L’Atlantide ou la géopolitique d’un mythe

10Août09

Ile de Sao Miguel, AçoresQu’ont en commun les îles Canaries, les Açores (ci-contre), les Bahamas, l’Amazonie, le Golfe d’Aden, la Crète, la Sardaigne, l’Antarctique, le Cap Vert, l’Irlande, l’Islande, Gibraltar, Chypre ou encore l’île de Santorin ? Ces régions du monde ont toutes fait l’objet de conjectures et de débats quant à l’emplacement présumé de l’île mythique de l’Atlantide. Parfois fantasques, souvent grotesques, mais assurément innombrables, ces spéculations géographiques attestent de la fascination exercée par cette singulière énigme – dont le déchiffrement obsède encore de nos jours nombre d’historiens, géographes, ethnologues, archéologues et autres hommes de science.

Sir Frederick SoddyIl n’est pas jusqu’à un prix Nobel, Sir Frederick Soddy (à droite), qui n’ait cédé à l’envoûtement général en revendiquant l’historicité de l’île disparue. Et pourtant, nul besoin de s’appeler Soddy ou Einstein pour comprendre que, dans bien des cas, un mythe ne se nourrit que de lui-même…  En effet, il est affligeant – et je dirais même lamentable – de voir jusqu’où l’excessive crédulité de la communauté savante a pu aller dans la recherche superfétatoire d’une Atlantide exaltée, fantasmée, idolâtrée. En donnant foi à cette légende, de nombreux savants se sont tout simplement fourvoyés, engouffrant par leur bêtise des sommes monumentales afin de poursuivre leurs quêtes effrénées, à la poursuite de l’Atlantide. On pourrait penser ici à une grossière fourberie ou à une supercherie intellectuelle mais certains scientifiques se persuadent encore aujourd’hui de la véracité de cette légende, qui aura tout de même traversé plus de deux millénaires.

Sao Miguel, AçoresHistoire originale que celle de l’Atlantide. Au commencement, était une île. Vaste, opulente, belle. Ses montagnes, ses plaines, ses jardins, tout y était d’une extrême beauté. Une multitude d’animaux s’y ébattaient, au milieu d’une végétation luxuriante. L’île regorgeait de fruits en quantités infinies; les métaux précieux y abondaient. Bâtie juste au centre de l’île, la capitale était remarquable par sa splendeur, son harmonie, sa grandeur, sa puissance. Une race divine habitait cette île prodigieuse. Dotés d’une formidable puissance, ses dix rois gouvernaient un imposant empire commercial et maritime. De nombreuses générations avaient ainsi vécu, dans la vertu des lois et la paix sociale.

Explosion volcaniqueUn jour, cependant, tout changea. Enivrés par les plaisirs de la richesse, les habitants de l’île s’attachèrent à leurs biens matériels, corrompirent leur gouvernants et se lancèrent dans une guerre de conquête. Leurs flottes attaquèrent la Méditerranée et leurs armées asservirent les malheureux peuples qui vivaient sur ses rivages. Mais dans le temps qui suivit, il y eut des tremblements de terre et des inondations extraordinaires. Dans l’espace d’un seul jour et d’une seule nuit, l’île de l’Atlantide fut engloutie dans la mer et disparut à jamais de la surface de la terre.

L’énigme qui se tapit derrière le mythe de l’Atlantide est pourtant moins complexe à résoudre que ne veulent le croire ses thuriféraires. L’histoire de ce véritable « jardin d’éden » nous a été racontée par un Grec, et non des moindres, puisqu’il s’agit du plus illustre des philosophes que la terre ait porté : Platon, dont le témoignage est capital pour rendre une meilleure justice au mythe.

PlatonAu commencement, donc, était Platon. Platon, c’est cet homme raffiné, érudit et éloquent qui, au crépuscule des journées torrides de l’été athénien, aimait prendre le frais sous les rares ombrages de la ville pour y retrouver d’autres hommes raffinés avec lesquels il discourait de sujets philosophiques tels que l’immortalité de l’âme, la cité idéale ou l’amour. Socrate étant l’incomparable meneur de jeu, les questions et les réponses fusaient; les discussions étaient vives et animées. Ces conversations vespérales, Platon les a fidèlement retranscrites et compilées dans ses célèbres « Dialogues ». Et c’est justement dans deux de ces dialogues, « Le Timée » et « Le Critias », que le mythe de l’Atlantide nous est parvenu.

Platon, le philosopheCe contexte précis est essentiel pour la compréhension globale du problème. Il éclaire la scène d’un jour nouveau et modifie quelque peu le paysage de l’Atlantide. N’oublions pas le fait que Platon était un philosophe avant tout: il illustrait souvent les abstractions les plus complexes en les présentant sous forme d’allégories, de symboles, de paradigmes et autres astuces de rhéteur. D’une inventivité et d’une prolixité sans faille, Platon a ainsi développé sous sa plume une riche affabulation venant étayer ses démonstrations raisonnées. Où l’on démontre que l’objectif de Platon est moins géohistorique que philosophique.

AthènesChose à première vue forte évidente et qu’omettent de mentionner les nombreux scientifiques qui se sont penchés sur le mythe : beaucoup plus que de l’Atlantide, c’est d’Athènes qu’il s’agit ici, plus particulièrement de sa sagesse, de ses bonnes institutions, de son rayonnement économique et culturelle. Ramené à l’essentiel, il est évident que l’énigme posée par le récit platonicien n’est qu’une simple fiction destinée à illustrer les dessins du philosophe. L’histoire des malheureux Atlantes n’est là que pour servir de repoussoir. Pour Platon, seuls les Athéniens sont restés justes, honnêtes, vertueux; seuls les Athéniens n’ont pas été corrompus; seuls les Athéniens n’ont pas failli à leur devoir de bien gouverner la cité; car au final seuls les Athéniens intéressent Platon. En effet, cette légende lui permet de donner à ces concitoyens une leçon politique, en dénonçant le sort qui les attend (corruption, chaos politique, guerres) s’ils se détournent de la raison, seule garante de la bonne gouvernance.

Récit poétique, le mythe de l’Atlantide semble n’avoir pour propos que d’exprimer une saine morale politico-philosophique. Au regard de ce raisonnement, les croyances et les élucubrations plus ou moins érudites de la communauté scientifique sur l’historicité de l’île engloutie relève soit d’une ignorance des plus aberrantes sur son créateur (Platon) ou – plus grave – d’une obstruction de l’esprit aussi déplorable que pitoyable.

Publicités


One Response to “L’Atlantide ou la géopolitique d’un mythe”

  1. Un News article sur l’Atlantide version astrologie avec l’Astéroïde Atlantis en conjonction Uranus le 27 et 28 Décembre prochain =>

    http://lunesoleil23.wordpress.com/2012/12/16/lasteroide-atlantis-en-conjonction-uranus-et-le-retour-des-atlantes/ merci 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :