Entre l’ours et le dragon: la stratégie internationale de la Mongolie

27Août11

Pièce importante du grand jeu asiatique, enclavée entre les deux puissances russe et chinoise, la Mongolie affiche une politique extérieure pour le moins originale depuis la chute du régime communiste mongol en 1992. Sa stratégie internationale vise plus particulièrement la préservation de l’intégrité territoriale et le maintien de la souveraineté nationale dans un pays où les gigantesques ressources minérales aiguisent l’appétit vorace de nombreux Etats. Cette posture défensive repose sur une stratégie concentrique comportant trois paliers ayant chacun pour but de garantir l’indépendance et la sécurité au pays de Genghis Khan.

Au niveau national, l’enjeu primordial pour Oulan-Bator est de disposer d’une force d’autodéfense et de sécurité à la fois efficace, moderne et compétente; et qui soit reconnue comme telle à l’étranger. En ce sens, les dirigeants mongols cherchent prioritairement à intégrer militairement leur pays dans la zone Asie-Pacifique. L’adhésion de la Mongolie en tant que membre observateur de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) en 2004 ou sa participation récente à l’exercice militaire Angkor Sentinel au Cambodge en mai dernier participent au renforcement des capacités militaires mongols. La Mongolie s’engage également dans de nombreuses opérations de maintien de la paix au sein de l’ONU. A l’heure actuelle, le pays déploie près de 150 militaires, soldats et observateurs, en Afghanistan, au Darfour, au Sahara occidental et en République Démocratique du Congo. Près de 900 militaires mongols ont également été dépêchés en Irak depuis 2003 (voir image de droite) pour soutenir la sécurité et la reconstruction nationale. Au-delà de cet engagement militaire, ces opérations menées à l’extérieur permettent aux forces mongoles d’acquérir en retour une expérience de terrain essentielle pour la sûreté du territoire mongol, en cas d’agression potentielle de Moscou ou de Pékin. Si ce petit Etat n’a évidemment aucune prétention de pouvoir un jour écarter la menace extérieure, son armée professionnelle lui procure un très relatif sentiment de sécurité.

Sur le plan régional, le principal défi des élites mongoles est de parvenir à un équilibre de l’influence des Chinois et des Russes en misant sur la forte concurrence économique et politique à laquelle se livrent ces derniers dans cet El Dorado nord-asiatique. Si la Chine, avec une part de marché représentant plus de 70 % des exportations mongoles, est sans contredit le premier partenaire économique de la Mongolie, la Russie en est indiscutablement son premier fournisseur. 100 % des hydrocarbures et 80 % du blé mongol proviennent de Russie, ce qui soulève un sérieux problème de dépendance qui n’a fait que s’aggraver au cours de la dernière décennie, avec notamment l’envolée des prix du gaz et des denrées alimentaires. Aussi, la Mongolie tente-t-elle tant bien que mal de maîtriser le niveau de pénétration économique de chacun de ses deux voisins. Suivant cette logique, tout accord politique, économique ou commercial conclu avec l’un sera inéluctablement contrebalancé par la conclusion d’un accord de même ampleur avec l’autre. La ratification le 6 janvier dernier d’un accord sur le nucléaire civil entre Moscou et Oulan-Bator vient d’être récemment compensée en juin par la signature d’une entente économique et stratégique à hauteur de 500 millions de dollars entre Pékin et Oulan-Bator. Il en va de même pour les visites officielles: quelques semaines seulement auront séparé la visite de courtoisie du président mongol Tsakhiagiin Elbegdorj à Moscou (ci-haut), du 30 mai au 3 juin, de celle de son premier ministre Sukhbaatar Batbold à Pékin (ci-contre), effectuée du 15 au 17 juin. Cette subtile manœuvre d’équilibre des puissances allège quelque peu les inquiétudes économiques de ce pays encore très pauvre et plus que jamais dépendant de son voisinage.

La scène internationale est l’ultime volet de cette stratégie de desserrement de l’étau russo-chinois qui asphyxie petit à petit la marge de manœuvre politique des dirigeants mongols. Pour ces derniers, il s’agit de créer de nouvelles alliances stratégiques à l’étranger, sans toutefois provoquer les susceptibilités économiques et commerciales des Russes et des Chinois. Dans cette ordre d’idée, la Mongolie entretient des liens très étroits avec le Japon, les Etats-Unis, le Danemark ou encore l’Allemagne, pour ne citer que ceux-là. Ces coopérations bilatérales s’organisent à tous les niveaux: économique et commercial (dans le cadre du marché unique, avec plusieurs pays membres de l’Union européenne), politique (en tant que médiateur ponctuel dans le conflit nord-coréen, pour le Japon) et militaire (en tant que membre de la coalition en Irak, avec les Etats-Unis). La vulnérabilité économique de ce pays explique en grande partie les efforts importants entrepris par l’Etat mongol auprès des grandes chancelleries occidentales et asiatiques afin d’attirer de nouveaux investisseurs, notamment dans le secteur des infrastructures dont le pays a grandement besoin. Mais l’aide promise par les différents gouvernements tarde souvent à se concrétiser et la crise économique actuelle, qui frappe de plein fouet les principaux pays donateurs, risque de freiner leur élan charitable.

En attendant les retombées de la rente tirée de l’exploitation minérale, la Mongolie reste toujours un pays en voie de développement où le mode de vie nomade concerne encore près d’un tiers de la population. Le fonds souverain, que l’Etat mongol a créé en 2009 à l’image de celui de la Norvège, devrait pouvoir soutenir dans un futur proche le développement nécessaire de ses infrastructures économiques et sociales et lui permettre une relative autonomie financière. En dépit de ce potentiel, le haut niveau de corruption dans l’attribution des licences d’exploitation de gisement minier au sein même de l’administration mongole demeure un énorme obstacle.

Pour aller plus loin:

*Mongolia’s Geopolitical Gambit, analyse géopolitique d’Alan M. Wachman.

*Le site présidentiel du chef d’Etat mongol.

*Mongolie: création prochaine d’une co-entreprise avec la Russie, article d’Erik Burgos publié sur le site du magazine Diplomatie.

*La fiche signalétique de la Mongolie sur le site de l’Université de Laval.

Advertisements


2 Responses to “Entre l’ours et le dragon: la stratégie internationale de la Mongolie”


  1. 1 La Mongolie, une puissance sans arme nucléaire « Alexandre Bassette
  2. 2 La Mongolie, une puissance sans armes nucléaires. | KESKISCPASS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :